IDENTIFICATION
Journée culturelle des Jeunes PDF Imprimer Envoyer

 

Plus que jamais habitée par le violent désir de s’affranchir de la tutelle des adultes , la commission des jeunes de l’UTSF/AR n’a point hésité à brandir subrepticement l’étendard de la relève tant attendue et tant souhaitée au sein de l’association .Aussi ne rechigne t’ elle pas à prendre totalement en charge la conception , la préparation et la réalisation de sa journée souvent placée sous le signe de la jeunesse , de l’enracinement et de l’ouverture .

Conscients du fait que les tentations susceptibles d’entraîner une majorité de jeunes dans les dangereux et obscurs méandres de la délinquance juvénile sont de plus en plus fortes, les adultes et éducateurs de l’UTSF/AR pensent avoir l’obligation morale de chercher un cadre mais aussi des moyens à la fois matériels et psychopédagogiques permettant de prémunir les différents jeunes de l’association contre ce fléau dont les victimes augmentent actuellement à la façon d’une fonction exponentielle. L’organisation d’une journée culturelle dont la préparation exige de la présence , de l’exigence et de l’assiduité aux différentes répétitions théâtrales , peut non seulement jouer ce rôle , mais contribuer efficacement à la construction de leur identité tout en développant leur autonomie et leur nécessaire intégration dans la société. Ne serait ce que pour ces raisons, la commission jeunes de notre association a besoin de mettre sur les rails ce rendez-vous  culturel qui est incontestablement pour eux un excellent moyen de se forger une carapace à toute épreuve et de participer à une citoyenneté pleine et entière.

Tournage du film: "Martyrs oubliés : Tirailleurs en campagne".

S’investissant dans une dynamique de devoir de mémoire , L’UTSF/AR s’est inspirée de la pièce de théâtre « Tirailleurs en campagne » écrite par Mar Fall pour réaliser le film s’intitulant : "Martyr oublié : Tirailleurs en campagne" dont le contenu navigue entre le documentaire et la fiction.

La production de ce film a été conçue comme étant un moyen d’invitation à la découverte du cinéma par les jeunes de l’UTSF/AR (garçons et Filles).
Elle a aussi été un espace d’échanges et de réflexion sur la mémoire des africains noirs qui ont participé à l’effort de guerre . C’est en tout cas ce que les jeunes attendaient de leur mobilisation et de leur investissement dans la réalisation du film.
Raconter les tirailleurs Sénégalais c’est "écouter une mémoire de l’exil qui se construit au temps présent".
Cette mémoire est soumise à des questions multiples et urgentes ; elle est aussi protectrice de nos enfants .
En cela elle est indispensable pour la reconnaissance de soi.

Ainsi après le repérage des lieux consistant à trouver sur la CUB des endroits propices au tournage d’un film de guerre, le travail a pu démarrer dans le courant du mois de juillet 2004 . Un quinzaine de séances composées de recueils de témoignages provenant d’ anciens combattants, de membres de la commission jeunes , d’hommes politiques, d’historiens , d’officiers militaires et d’éléments du bureau ou du CA de l’UTSF/AR , ont permis de boucler cette phase au mois d’octobre de l’année 2004.

Projection du Film

Le film "Martyr oublié : Tirailleurs en Campagne" a été projeté pour la première fois dans la salle Simone Signoret à Cenon devant un public composé des membres de l’UTSF/AR et des partenaires associatifs et institutionnels qui en avaient la primeur . Au préalable une équipe de France3 Aquitaine avait fait irruption dans la salle pour préparer avec les jeunes, une émission diffusée le même jour sur les écrans de la dite télévision faisant ainsi au film une publicité souhaitée et inespérée. Le débat improvisée après la projection du film a eu du mal à s’interrompre et a enrichi le nombreux public de témoignages plus ou moins émouvants entraînant certaines personnes au bord des larmes.

Le restaurant de la mairie de Cenon mis à la disposition de l’UTSF/AR pour accueillir le pot de l ‘amitié consécutif à la projection du film s’est avéré exigu pour contenir la kyrielle de personnes convergeant vers les lieux. Ce pot qui a été incontestablement marqué du sceau de la convivialité a permis aux uns et aux autres de déguster des spécialités sénégalaises telles que les "pastels" et la boisson à base de "bissap " préparé par les cordons bleus de la commission des femmes de l’association.

 

 


Galerie photo: Jeunesse

Actualités: Commission jeunes

Contact: Responsable commission jeunes

 

SUIVEZ NOUS SUR

 

LETTRE D'INFORMATION